Thursday, December 07, 2006

Plaisirs solitaires (5/9)

Dans notre famille, le sexe féminin était appelé quat’sous. Un jour je voulus voir à quoi ressemblait ce quat’sous. Un après-midi où j’étais seule dans la maison, je m’installais dans un fauteuil. Face au miroir de l’armoire, mes jambes posées sur l’accoudoir du fauteuil, j’examinais précisément cette intime anatomie. Mes doigts écartaient mes grandes lèvres, me laissant voir la forme de mes petites lèvres rouges jusqu’à l’entrée du vagin et mon clitoris.

Les gémissements que me procuraient mes caresses s’amplifiaient à mesure du temps. Lorsque je n’étais pas seule dans une maison, je mordais le drap ou le coussin posé sur moi tandis que les spasmes de mon sexe se faisaient de plus en plus forts et de plus en plus rapides.

1 comment:

Tom said...

Très jolis textes ma chère Ann.
Bonne continuation.
Tom