Tuesday, November 13, 2007

Les hommes au téléphone 9/18

Philippe avait 33 ans. Il était médecin à Bordeaux. Il était marié, père de plusieurs enfants. Pour la première fois, avec lui, j'ai répondu à des questions en dehors du sexuel. Je lui ai dit que j'étais assistante d'un architecte, ce qui était presque la vérité, à l'époque. Je lui dis être également mariée, avoir une fille de dix ans, ce qui était presque la vérité même si la fillette en question avait douze ans et n'était pas vraiment ma fille. Du plus loin que je me souvienne, je crois lui avoir proposé de l'appeler pour faire l'amour au téléphone. Il a accepté, m'a donné son numéro. Je l'ai appelé. Il avait une voix très douce, mais très lointaine, très feutrée. Il parlait très bas. J'ai commencé à lui dire les phrases que je disais aux autres hommes. Je lui décrivais comment je le suçais, comment je prenais sa queue dans ma bouche, employant les mots crus, comme avec les autres. Il me demandait sans cesse de décrire ce que je faisais en me caressant, comment je mettais mes doigts. C'était la première fois que l'on me demandait cela avec autant de détails. Je n'aimais pas trop cela. Ce qui m'excitait c'était entendre le désir de l'autre, son excitation monter, son envie de jouir. Il se caressait. La première fois, il a joui assez silencieusement. Il m'a demandé si nous pouvions nous rappeler, si j'avais une boîte à lettres électronique. Je lui ai dit qu'il pouvait me laisser un message, ce qu'il fit. Je me souviens très bien de son message : il me disait qu'il avait aimé ma voix chaude et sensuelle, que je pouvais le rappeler. Il me donnait les jours et les heures où je pouvais le faire.

1 comment:

timide said...

avez vous toujours un téléphone ?